we sign it - NON A LA DISPARITION DU CONSEIL NATIONAL DE LA PROTECTION DE L'ENFANCE

NON A LA DISPARITION DU CONSEIL NATIONAL DE LA PROTECTION DE L'ENFANCE

Après l’observatoire de la pauvreté, de la délinquance, des prisons et des sectes, une nouvelle instance indépendante alerte sur sa disparition programmée. Le Conseil National de la Protection de l’Enfance va disparaître dès l’hiver 2020. Une nouvelle fois le gouvernement préfère casser le thermomètre plutôt que d’affronter la réalité en face (https://www.franceinter.fr/societe/enfance-pauvrete-justice-prisons-le-gouvernement-est-il-en-train-de-supprimer-tous-ses-observatoires).

Après l’observatoire de la pauvreté, de la délinquance, des prisons et des sectes, une nouvelle instance indépendante alerte sur sa disparition programmée. Le Conseil National de la Protection de l’Enfance va disparaître dès l’hiver 2020. Une nouvelle fois le gouvernement préfère casser le thermomètre plutôt que d’affronter la réalité en face (https://www.franceinter.fr/societe/enfance-pauvrete-justice-prisons-le-gouvernement-est-il-en-train-de-supprimer-tous-ses-observatoires).

Entre 2007 et 2016, le nombre d’enfants pris en charge par la protection de l’enfance a subi une nette augmentation (https://www.onpe.gouv.fr/chiffres-cles-en-protection-lenfance) quand les budgets alloués eux, sur la même période, n’ont fait que baisser https://lesprosdelapetiteenfance.fr/baisse-des-budgets-pour-la-protection-de-lenfance-le-cri-dalarme-de-la-cnape. C’est cette réalité que le gouvernement veut cacher. En 2016:

- Le nombre de mineurs pris en charge en protection de l'enfance est estimé à 295 357 sur la France entière, soit un taux de 20,1 ‰ des moins de 18 ans.

- Le nombre de jeunes majeurs concernés par une prestation est estimé à près de 21 400 sur la France entière, ce qui représente 9,2 ‰ des 18-21 ans.

Nous travailleurs sociaux, parents, citoyennes et citoyens nous opposons de toutes nos forces à la disparition de ce Conseil National de la Protection de l’Enfance et à la politique menée dans ce pays depuis 2007. Nous exigeons plus de moyens pour la protection de l’enfance et le renforcement de cette instance indépendante, non sa disparition. Notre pays est celui qui verse le plus de dividendes aux actionnaires en Europe. C’est une honte de voir nos enfants les plus fragiles être sacrifiés sur l’autel du CAC 40.

En quelques semaines ce gouvernement a supprimé:

• L’Observatoire de la pauvreté

•L’Observatoire de la délinquance

•L’Observatoire des prisons

•La mission contre les sectes

•L’institut sur la sécurité et la justice

Et maintenant le Conseil National de la Protection de l’Enfance!

IL EST TEMPS DE DIRE STOP!

Signez et partagez!

Signer

Diffusez auprès de votre entourage